Passeur d'Esprit

Préambule
J’utilise le terme esprit au lieu d’âme car il s’agit en réalité de faire passer l’esprit d’une personne qui était vivante plutôt que l’Âme qui correspond plus à son essence : la Source.

Le terme, mais surtout la capacité de « passeur d’âme » est trop souvent galvauder par des personnes qui, pensant bien faire, n’en ont pas du tout la maîtrise.

L’esprit d’un défunt ne doit pas rester dans la partie non-visible du plan terrestre, il doit poursuivre son voyage en rejoignant l’au-delà pour ensuite se réincarner.

C’est en cela qu’un Passeur aide un esprit à poursuivre sa route en accédant à l’au-delà.
Il s’agit d’une mission absolument extraordinaire et essentielle pour l’esprit concerné. Un nombre très importants d’esprits, du fait de leurs craintes, remords, regrets, préjugés ou croyances, ne savent pas comment faire et se retrouve coincé sur notre plan.

L’Être que nous sommes et que nous avons façonné au cours de notre incarnation passée va déterminer ce que nous ferons au moment où la flamme intérieure s’éteindra.

Pourquoi certains esprits restent parmi nous :
– Par amour envers une ou des personnes,
– Le chagrin des proches qui les retient,
– Par attachement à un lieu,
– Etat de choc suite à une mort violente, subite, inexpliquée…
– Par peur de ce qui les attend,
– Souffrance intérieure, remord, rancune, etc….
– S’accrochent à leurs biens terrestres,
– Pour terminer un travail inachevé,
– Une promesse faite de son vivant,
– Pour délivrer un message,

Mais la raison principale est qu’ils n’en ont pas la force et la constitution.

Vous souhaitez aider l’esprit d’un être cher à continuer sa route?
Alors il faut d’abord savoir si son esprit est encore parmi nous. Cliquez ici.

Vous voulez en savoir plus sur ma façon de procéder? Cliquez ici.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
– qu’il ne soit pas coupé
– qu’il n’y ait aucune modification de contenu
– que vous fassiez référence à mon site frederic-lopez.com
– que vous mentionniez mon nom en tant qu’auteur de ce texte : Frédéric Lopez

Share
Fermer le menu